//
Bonne lecture...
Articles

Travaux du 19 mai – « La Tradition entre progrès et immobilisme »

Cet article compile les échanges de notre tenue « D’une colonne à l’autre » ainsi que la planche d’Orateur concluant le tout.



Réflexions de notre V:.M:. – T:.R:. :

MMTTCCFF,

L’immobilisme ou ce que d’aucun pourrait taxer comme tel, s’apparenterait plus, dans le cadre de notre thématique, aux fondations d’un bâtiment. Les fondations comme le nom l’indique sont le fondement solide d’un bâtiment. En tant que tel, plus elles sont profondes plus elles seront solides et apporteront de la stabilité à celui-ci dans le cas où un évènement extérieur venait à tenter de le faire bouger. Ce gage de stabilité apporte, comme les racines d’un arbre, un encrage et de la sécurité, et ainsi une base solide et fiable pour continuer le développement dudit bâtiment; développement et continuité qui permettent à l’architecte, au FM, de pouvoir réaliser des progrès d’abord dans la construction de son Temple et ensuite dans celui de l’Humanité. Cet « immobilisme » des fondations qui sont cachées permettent à travers un socle « invisible » commun que pourrait être la franc-maçonnerie à chacun d’entre nous et à elle-même d’évoluer « à découvert », de progresser, tout à la fois individuellement et aussi en groupe, à savoir en différentes obédiences, en différentes loges.

J’en veux pour preuve, entre autres, l’origine maçonnique des droits de l’Homme et du citoyen ou encore le soutien à la loi pour la dépénalisation de l’avortement.

Ainsi, mon « jugement » pour savoir ce qui représente « LA » Vérité, dépendra donc a fortiori de mon point de références: les invisibles fondations (symbolisant l’immobilisme), le bâtiment visible (symbolisant le progrès) ou alors de ma vision qui engobera les deux ensembles (symbolisant pour moi la Tradition); lequel des trois représenterait donc LA Vérité ou plutôt quel est le plus juste alors? Et là, je dois trancher.

Alors, si je dois trancher, aimant plus le « et » qui inclue plutôt que le « ou » qui exclue, je choisis le dernier, la vue englobante.

Peut-être pour être plus concret, en prenant le prisme des obédiences, et être aussi un brin provocateur (aïe j’entends déjà s’élever les voix de l’indignation et du sacrilège, avouons qu’avoir un sentiment de sacrilège chez nous est pour le moins cocasse), qu’est-ce qui me donne donc le droit de reconnaitre telles ou telles obédiences, de les nommer régulières et de dire que les autres ne le sont pas; une immobile Tradition légitimerait donc cela? Alors que ces obédiences, comme la mienne, cherchent à construire leur temple intérieur, construire le temple de l’Humanité. Ce d’autant plus que nous avons ensemble les mêmes racines; D’aucuns diront que c’est là une vision bien candide de voir la maçonnerie (ceux-ci me font d’ailleurs penser à Monsieur cramoisi, « l’homme sérieux », du Petit Prince) toutefois cette vision se veut aussi et avant tout un constat très factuel.

Le rituel émulation est le plus répandu sur le globe et tout à la fois, la moyenne d’âge des FF pratiquants ce rituel est élevée; par la force des choses, le nombre de FF diminue inexorablement; le « par cœur » n’aurait-il plus le vent en poupe? L’idéal maçonnique proposé est-il encore en adéquation avec le XXIème siècle?

Un proverbe africain ne dit-il pas : « Tu es plus le fils de temps que le fils de ton père? ».

Bien que moins fort, le mouvement est identique dans les obédiences dites régulières[1]. Une chose est certaine, « au Royaume-Uni, la maçonnerie régulière a perdu entre 400 000 et 500 000 membres en cinquante an. Et aujourdhui 200’000 membres.

Baisse également aux États-Unis. On y comptait 4 millions de frères vers le milieu du XXe siècle : ils ne sont plus que 2 000 000 environ actuellement – probablement moins encore à être vraiment actifs. ». Et aujourd’hui moins d’un million

La maçonnerie mixte et féminine, sont des courants qui eux, peu ou prou, se développent, je cite: « En revanche, la maçonnerie a progressé considérablement dans d’autres pays, dont la France, où le nombre des francs-maçons pourrait avoir triplé au cours des trente dernières années. Autre fait remarquable: une augmentation d’environ 20 % chez les femmes qui rejoignent soit des obédiences mixtes Grande Loge mixte de France… »

Alors permettez-moi ici un parallèle avec l’évolution de la chrétienté; force est de constater que le catholicisme recul, le protestantisme un peu moins alors que les évangéliques ont une croissance incroyable. Je cite: « La part des catholiques dans la population mondiale étant relativement stable, la croissance du christianisme dans son ensemble est principalement due aux Eglises libres. En particulier, les communautés pentecôtistes et charismatiques, qui ont vu le jour au XXe siècle, comptent aujourd’hui, selon les estimations, déjà plus de 600 millions de croyants, soit la moitié de l’Église catholique, mais plus que les Églises protestantes classiques réunies. «L’humanité dans son ensemble devient donc plus chrétienne, et le christianisme plus libre», souligne Jörg Ernesti.

Alors « La Tradition: Entre Progrès et immobilisme », je répondrai avec Charles Darwin: « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements.”.

Donc si nous voulons que notre idéal de recherche perdure, nous devrons nous adapter sous peine de simplement le faire disparaitre en même temps que nous.

Pour conclure, la Tradition est le trait d’union qui doit – et j’emploie ici le verbe devoir dans le sens d’obligation – donc la Tradition est le trait d’union qui doit faire le lien entre ces fondations « immobiles » qui donnent à l’édifice sa stabilité et le progrès qui permet à la construction de l’architecte de s’épanouir au grand jour.

la Tradition, c’est le tuteur qui permet au tronc de l’arbre de pousser droit pour trouver le chemin le plus court vers le soleil afin qu’il puisse grandir, s’épanouir et donner de beaux fruits.

La Tradition, c’est la subtile alchimie entre le progrès et des valeurs intemporelles qui permettent à ce même progrès d’exister, d’être vivant.

J’ai dit:.


————————————————————————————————————–
Réflexions de notre 1er Surv:. – F:.A:. :

V :.M :. Et vous tous MMTTCCFF :.,

De mon point de vue, la Tradition comme l’entend le commun des mortels, ne
comporte pas qu’un seul aspect : à savoir « un ensemble de règles figées ».
La Tradition en elle-même n’a pas d’esprit propre, mais est – et devient ce que l’on en
fait.

J’en veux pour preuve l’interprétation et l’application que peut, par exemple, en faire
un extrêmiste religieux, qui aura pour conséquence de limiter tout progrès social,
technologique et intellectuel.

Or, cette même tradition, interprétée avec pragmatisme dans l’air du temps, peut se
voir être un puissant moteur d’évolution favorable.
Un des exemples les plus parlants est la transfusion sanguine, toujours refusée par

certains, qui au moment de l’édiction desdites règles ne se faisait pas pour des
raisons évidentes (méconnaissance des rhésus et des autres risques).

Anciennement synonyme de mort assurée, actuellement salvatrice et incontournable.
La seule différence réside dans les valeurs que l’on veut bien y associer, telle que
l’humanisme et la modernité à contrario de l’obscurantisme et le contrôle.
La tradition devient ce que l’on veut bien en faire : un carcan nous retenant dans le
passé ou un chemin vers un avenir meilleur.
En conclusion, je pars du principe que nos traditions maçonniques ont été, sont et

seront toujours basées sur des valeurs altruistes et bienveillantes – encadrées de
règles de conduites simples et non contraignantes dans le but de « rassembler ce qui
est épars ».

Restons donc traditionnels dans notre manière de procéder lors des rituels sans pour
autant perdre de vue l’essentiel : nous travaillons à l’édification d’un monde meilleur.

J’ai dit:.


————————————————————————————————————–
Réflexions de notre Or:. – L:. C:. :

V. : M. :, dignitaires qui décorez l’O. :, et vous tous mes TTCCFF,

« La Tradition entre progrès et immobilisme », voici un sujet qui au premier regard m’a semblé saugrenu. Pourquoi mettre la Tradition entre le progrès et l’immobilisme ?

Selon mon entendement la Tradition se trouve justement entre les deux. En latin « traditio » aurait signifié « action de remettre, de transmettre, remise, livraison ; transmission, enseignement; relation, rapport, mention ». C’est donc une action. Une action particulière, celle de transmettre un savoir, une information, un geste, une habitude, un usage peut-être.

La Tradition est le lien entre le passé et le futur. C’est donc aujourd’hui. Aujourd’hui ne peut être immobile, le moment présent est. A chaque instant, différent de l’instant précédent, par définition de l’instant. Pour autant la Tradition est tout sauf instantanée, une action est réfléchie (plus ou moins selon les personnes et les moments, je vous l’accorde). Elle est pensée.

Notre Atelier porte le nom de Tradition, son objet premier aurait été la recherche, l’approfondissement philosophique et/ou ésotérique. Aujourd’hui nous nous questionnons autant sur la tradition en tant qu’action que sur notre atelier en lui-même. Notre Atelier, Tradition, ou se positionne t’il entre Progrès et Immobilisme. En tant que FF, je le souhaite dans le progrès. Dans le sens où j’entends le progrès. C’est-à-dire vers une société plus équitable, plus sociale plus résiliente voire régénérative, dans mon esprit cela revient à dire plus juste et plus aimante, plus aimable aussi.

Je ne souhaite pas le voir dans l’immobilisme de la répétition de pensées usées et surannées qui ne s’appliqueraient plus à notre monde actuel. FF nous le sommes, humains en Suisse, à Lausanne, nous le sommes aussi. L’exercice de la Franc-maçonnerie est pour moi l’usage d’outils ancestraux pour améliorer le monde en le prenant comme il est maintenant. En passant par l’amélioration de l’individu qui, par essence, est actuel. Réactionnaire ou moderniste, les deux sont actuels. Seul le prisme de leur interprétation des faits et des idées change.

En tant qu’Homme et en tant que FF je rejette l’immobilisme pour aller vers un monde meilleur, empli d’amour et de justice. C’est pour cela que je siège sur les colonnes de Tradition.je reçoit la tradition et la transmets. C’est le manuel des outils que je reçois et que j’adapte à mon propre usage pour le transmettre à mes FF qui l’adaptent à leur tour. Ils le polissent pour viser une perfection.

J’ai dit:.


————————————————————————————————————–Réflexions de notre Secr:. – J:.-C:. B:. :

MMTTCCFF:.

Tel que défini par le « Littré », le mot « tradition » (en latin traditio, « acte de transmettre ») vient du verbe tradere, « faire passer à un autre, livrer, remettre ». Littré en a distingué quatre sens principaux : « Action par laquelle on livre quelque chose à quelqu’un » ; « transmission de faits historiques, de doctrines religieuses, de légendes, d’âge en âge par voie orale et sans preuve authentique et écrite » ; « particulièrement, dans l’églisecatholique, transmission de siècle en siècle de la connaissance des choses qui concernent la religion et qui ne sont point dans l’écriture sainte » ; « tout ce que l’on sait ou pratique par tradition, c’est-à-dire par une transmission de génération en génération à l’aide de la parole ou de l’exemple » (Dictionnaire de la langue française).

Les définitions proposées par Littré se rapportent soit au sens particulier, juridique et liturgique, de traditio dans le droit romain et dans certains usages de l’ancien droit français ou lors de la remise de dignités ecclésiastiques, soit au sens général de « transmission ». Le rhéteur Quintilien, dans le De institutione oratoria, donne à traditio le sens d’« enseignement ».

En lisant cette définition, on s’aperçoit rapidement que « La Tradition » ne rime pas avec « conservatisme », elle est avant tout une action, la transmission d’un ressenti, d’une expérience. Elle n’est donc par définition pas figée dans le temps.

Elle évolue ainsi en fonction des hommes qui la transmettent, la percevoir comme une force d’immobilisme c’est refuser l’évidence que l’individu ne progresse pas par révolution, mais par une évolution lente, parfois plus rapide de notre pensée.

Le progrès est souvent présenté comme une révolution, une redéfinition de l’individu avec des concepts nouveaux. Mais souvent, le concept nouveau n’est que la redite d’une vieille expérience avec des instruments différents. Ne pas s’apercevoir par exemple que les nouvelles applications que l’on nous présente comme des évolutions significatives du travail et des relations humaines ne sont souvent que la perpétuation de vieilles formes d’exploitation de l’homme.

À percevoir des applications de fournitures par l’intermédiaire d’un téléphone, que l’on déclare intelligent comme une avancée significative, on passe à côté de ce qu’engendre cette exploitation de la précarité. Elles exploitent ceux qui exécutent le travail, au seul profit de celui qui fournit le petit programme qui met en relation, mais qui concrètement ne fait que cannibaliser le travail des autres, sans fournir autre chose qu’un vecteur dont les profits ne sont jamais investis dans les lieux proches de l’activité.

Quitte à passer pour un réactionnaire, je préfère La Tradition qui donne de l’expérience, qui partage les connaissances, qui fait évoluer la société pour le bien commun et qui donne

À réfléchir

À changer

À évoluer dans une perspective humaniste

J’ai dit:.


————————————————————————————————————–
Conclusions – planche d’Or:.

V. : M. :, dignitaires qui décorez l’O. :, et vous tous mes TTCCFF,

Lors de nos derniers travaux nous avions rappelé les us et coutumes de notre Atelier, cela nous a amené à parler de tradition, de la tradition de Tradition.

Comme je l’avais évoqué alors dans ma planche du jour, parler de tradition est important.

D’autant plus à la lumière des échanges de ce Midi.

Serait-il aussi nécessaire de parler de Tradition comme un de nos FF l’a fait ? (C’était moi mais sans la responsabilité de la conscience de la Loge)

La tradition est, comme nous l’avons vu, une action de transmission. Loin d’être anodine cette transmission est prépondérante dans le cadre de nos travaux. Elle est la base de notre travail.

Tout d’abord, nous recevons. Nous recevons la lumière le jour de notre Initiation. Nous recevons un ensemble d’outils en nous asseyant sur la colonne du Septentrion. Nous recevons également un ensemble de textes statuts et règlements qui nous guideront, qui nous expliquent la méthode de travail, les règles de fonctionnement la structure de l’organisation dans laquelle nous venons d’être reçus.

Apprentis, Nous observons, nous enregistrons les symboles, leur signification pour nous-mêmes, mais aussi celles qu’ils ont pour nos FF. Nous recevons des enseignements lors des instructions de nos Grades.

Apprentis toujours, nous n’avons pas l’autorisation de transmettre notre devoir et de recevoir.

La première occasion de transmettre au Temple est la lecture de notre planche d’Apprenti, celle qui justifiera notre augmentation de salaire. C’est notre premier acte de transmission active, par opposition à la transmission subie qu’est la réception, l’apprentissage. Et cette transmission a toute son importance, les FF les plus anciens savent et se souviennent de l’enrichissement de certaines planches d’apprentis qui avec leur fraicheur apportaient une profondeur comparable, voire plus, aux planches de FF plus expérimentés.

Nous avons également vu que la tradition peut être encourageante lorsqu’elle est basée sur les notions d’humanisme et de modernité en opposition avec l’obscurantisme et le contrôle. Tout dépendra du prisme d’interprétation de celui qui applique la tradition. La tradition serait donc un outil puissant à manier avec sagesse.

Un autre F∴ préfère la tradition qui donne de l’expérience, qui partage les connaissances et qui fait évoluer la société pour le bien commun. En opposition à un progrès technologique qui, il est vrai, peut nous éloigner du savoir par la facilité, nous inviter à la paresse.

Un autre position la tradition entre l’immobilisme, sorte de fondation, de socle idéologique, et le progrès darwinien. Si nous voulons que notre tradition survive nous devons nous adapter, nous devons adapter notre tradition. Et dans son tout elle englobe à la fois le socle et le progrès.

Et nous avons vu encore bien d’autre approches dans nos échanges que l’immobilisme n’existe pas. L’environnement évoluant, celui qui ne progresse avec ce dernier régresse. La tradition est un acte de stabilité, donc de progrès.

Avec une vision historique, la statue peut être illustrée par une statue en marche. Nos civilisations occidentales poursuivent le changement parfois pour le Bien, souvent pour le Mal. A l’origine de notre Ordre ce sont les Rose-croix qui ont apporté l’aspect initiatique et ésotérique aux corporations. Depuis, le fond est resté initiatique. Seule la forme a changé. Elle est restée ouverte pour évoluer afin de conserver la tradition initiatique qui est la notre.

Un autre Frère nous disait que notre tradition tire sa dynamique de la rigueur avec laquelle on l’applique.

Un Frère médecin apportait une comparaison des points de vue de la médecine, sa profession, et de l’humaniste, qu’il est profondément. En médecine la recherche est le progrès et pour améliorer la médecine la tradition est nécessaire. Les médecins se basent sur le savoir existant pour l’approfondir et l’enrichir. Ainsi le progrès a besoin de la tradition pour se réaliser

En guise de conclusion, nous retrouvons la tradition dans beaucoup d’aspects de notre vie tant profane que maçonnique, continuons de la faire vivre, prolongeons notre idéal au-delà de nos vies comme nous portons le fruit de notre Travail au-delà du Temple. Appliquons la tradition maçonnique qui est de vivre avec son temps pour en rendre la traversée meilleure avec Amour et Justice.

J’ai dit:.


Discussion

Les commentaires sont fermés.

Qui sommes nous?

Etoilejpeg

A∴L∴G∴D∴G∴A∴D∴L∴U∴

La Loge Tradition, fondée le 24 septembre 1972 à l'Orient de Lausanne et portant le No 51, est membre de la Grande Loge Suisse Alpina et travaille au Rite Ecossais Ancien et Accepté (REAA).

Entrez votre adresse e mail afin de recevoir une notification à chaque nouvelle modification de cette page

Rejoignez 111 autres abonnés